Sélectionner une page

Comment s’aimer soi-même

Subconscient

Je suis sûr que vous avez souvent lu cette phrase : « il faut d’abord s’aimer soi-même. »  Mais qu’est-ce que cela signifie ?
S’agit-il de vous offrir un chocolat chaud quand vous avez froid ? Est-ce que c’est vous offrir une nouvelle robe/un nouveau costume quand vous en avez envie ? Est-ce vous faire plaisir quand vous le voulez ? S’agit-il de mettre des vêtements chauds lorsqu’il gèle dehors ?

S’aimer, c’est apprendre à vous traiter comme un parent aimant le ferait avec son enfant.

Lorsque vous êtes un adulte, et je suppose que vous l’êtes, vous avez encore un enfant intérieur en vous. Ce sont vos émotions. Au niveau du siège des émotions, l’adulte réagis encore comme un enfant de 3-4 ans. Vos émotions ne peuvent pas vieillir ou mûrir. Mais vous vous le pouvez en apprenant à les respecter et à les gérer, en prenant soin de cet enfant intérieur.

Lorsque vous n’avez pas conscience de votre Enfant intérieur, vous essayez de vivre dans un monde d’adultes comme un garçon ou une fille de 4 ans. Parfois on se sent seul avec la peur du monde extérieur, ne sachant pas quoi faire, où demander de l’aide, comment se protéger et c’est normal car ce n’est pas toujours une chose facile à faire. Dans les circonstance actuelles, les médecins signalent une augmentation significative de personnes se sentant effrayées, craintives, douteuses et fatiguées. 
Il est difficile d’essayer de survivre en tant qu’enfant dans un monde adulte, qui plus est, dans ce monde auquel nous sommes actuellement confronté. Parfois, vous vous sentirez en colère et effrayé ou vous vous sentirez perdu.

Pourquoi cela ? Pas en raison d’éléments extérieurs, mais parce que personne ne s’occupe de ce Petit Enfant qui est en vous qui se confronte aujourd’hui plus que jamais à une sortie violente de sa zone de confort, tel un second accouchement.

Imaginons que vous vous appelez Charlotte. Vous avez 42 ans. A l’intérieur de vous vit la petite Charlotte. Elle a quatre ans. Lorsque vous êtes occupé dans le monde extérieur à prendre soin des autres, des affaires, à vous déplacer, à faire mille choses chaque jour, la petite Charlotte se sent oubliée. Quand vous courez toujours pour aider les autres, pour vous assurer que leurs besoins sont satisfaits, vous serez épuisée chaque nuit et vous pleurerez dans votre lit. Parfois, vous aurez des crises de colère. Vous vous sentirez très en colère sans aucune raison (mais il y en a quand même une, une grosse !).

Toutes ces grandes émotions sont des tentatives de votre enfant intérieur pour attirer votre attention.
Imaginez que vous avez, en plus de vos enfants, votre mari, vos collègues, vos parents, vos amis, une petite fille de quatre ans qui s’appelle Charlotte. Personne ne la remarque jamais. Personne ne prend soin d’elle. Chaque fois qu’elle essaie de dire quelque chose et d’attirer l’attention, vous lui criez « Tais-toi ! Vous lui dites : « Je dois m’occuper de mes parents, de mon travail, de mon mari, de mes papiers, de mes amis, de mes autres enfants, de ma maison… Je n’ai pas de temps pour toi !

Comment pensez-vous qu’elle va se sentir ? Que pensez-vous qu’elle fera ? D’abord, elle essaiera d’attirer votre attention en montrant de grandes émotions. Elle va beaucoup pleurer, elle va crier et hurler, peut-être même qu’elle deviendra agressive de temps en temps. Vous pensez que vous êtes en colère contre le monde extérieur, mais c’est votre enfant intérieur qui est en colère contre VOUS ! Elle est triste et en colère parce que vous ne vous souciez pas d’elle ! Vous agissez comme si elle n’existait pas ! Rien n’est pire que d’agir comme si notre Enfant intérieur n’existait pas. Cela signifie essayer de vivre comme si NOUS n’existions pas.

Le pire sentiment au monde est d’être déloyal envers soi-même. Rien envers soi-même n’est pire que cela !

Combien de fois avons-nous ignoré ce que nous ressentions, pour faire plaisir à quelqu’un d’autre. Combien de fois avons-nous dit à notre enfant intérieur : « Tais-toi, tu n’es pas important, l’autre est bien plus important que toi, va-t’en, je ne veux pas t’entendre, je ne veux pas te voir » ? C’est terrible, n’est-ce pas ? Et nous faisons cela chaque fois que nous laissons venir le désir de l’autre avant le nôtre.

Cette petite Charlotte à l’intérieur, que va-t-elle faire ? Elle abandonnera au bout d’un moment. Après avoir longtemps essayé de montrer ses émotions, elle abandonnera. Elle en aura assez de tout cela et elle dira : « Peu importe, elle ne m’aime pas, elle ne veut pas s’occuper de moi, je n’en vaux pas la peine », et elle déprimera.

Bien sûr, vous penserez que vous êtes déprimée à cause des autres, de votre travail, de vos enfants, de votre mari ou de vos parents. Ce n’est la faute de personne. Mais vous devez apprendre à prendre soin de cet enfant intérieur qui souffre de votre manque d’attention à son égard.

Quand, après une dépression, les choses ne changent toujours pas, il reste une arme pour attirer votre attention : la petite Charlotte va tomber malade. Ou elle aura un accident. Peut-être que de cette façon, l’adulte Charlotte apprendra à accorder enfin son attention à son Enfant Intérieur, qui est aussi réel (sinon plus) qu’un vrai enfant de chair et de sang. Vous devez apprendre à être un parent aimant pour vous-même.

Qu’est-ce que cela signifie ?
Vous devez d’abord développer un parent/une mère intérieure. Si vous avez eu de la chance et que vous avez eu une mère aimante et attentionnée, vous pouvez la prendre comme exemple. Sinon, vous devez inventer, créer cette mère intérieure, qui est votre énergie féminine bienveillante. Chaque fois que vous avez une émotion, votre mère intérieure doit demander à votre enfant intérieur : « Que se passe-t-il, mon petit cœur ? » Écoutez ce que votre enfant intérieur a à dire. Puis vous continuez le dialogue. La mère intérieure dit : « Viens ici. Viens dans mes bras, je t’aime comme tu es. Je t’aime avec ce que tu ressens. »

En faisant cela, la lourdeur des émotions va diminuer. Alors vous dites ces mots : « Je comprends ». Ces mots sont très importants, parce que la plupart du temps nous ne nous sentons pas très « normaux » en ayant les sentiments que nous avons et nous essayons de les ignorer ou de les supprimer, ce qui les rend plus lourds. « Je comprends, mon petit cœur, viens ici dans les bras de ta mère, je t’aime. »
Reste avec ces mots et ces sentiments pendant un moment, et ensuite demande-toi : « De quoi as-tu besoin ? »
Quelle que soit la réponse de l’enfant, vous dites : « Nous le demanderons à ton père ».

Et c’est là que commence la tâche de ton Père intérieur, qui est là pour te protéger et agir pour toi dans le monde extérieur. Tu n’enverrais jamais un enfant de quatre ans demander une augmentation au travail ou résoudre un conflit à l’école ou avec les voisins, n’est-ce pas ? Alors pourquoi l’essayez-vous ? Envoyez votre père intérieur pour s’occuper de tout ce que vous devez faire dans le monde extérieur. Votre père intérieur est la représentation de votre énergie masculine, celle qui vous permet de prendre des décisions, d’agir, de suivre vos conseils intérieurs (qui se trouvent dans votre enfant intérieur également appelé intuition) et de manifester les désirs de votre enfant dans le monde.

Lorsque votre Enfant a un besoin, par exemple d’appeler quelqu’un ou d’aller quelque part pour organiser quelque chose, imaginez que votre Enfant intérieur reste à la maison avec sa Mère qui s’occupe de ses sentiments (« Je comprends que tu aies peur… ») et que votre Père intérieur (une autre partie de votre être) se rend sur place pour agir. Votre père intérieur est la partie de vous qui est capable de gérer le stress, d’agir, d’arranger les conflits et toutes les autres choses qui ont trait au monde extérieur. Si cette partie manque parce que vous n’aviez pas de bon modèle quand vous étiez petit vous-même, vous devrez le créer et le développer.

Bien sûr, votre enfant intérieur, votre mère et votre père font tous partie de vous. C’est entièrement vous.
Ce n’est qu’un modèle pour comprendre ce qui se passe en vous et comment vous pouvez apprendre à vous aimer.

S’aimer soi-même, c’est écouter son Enfant intérieur, prendre ses émotions au sérieux, comprendre ce qu’il ressent et agir dans la direction souhaitée. S’aimer soi-même, c’est avoir ce dialogue avec soi-même chaque matin quand on ouvre les yeux, chaque soir quand on se couche, et chaque fois qu’on a une émotion.

S’aimer, c’est établir un lien intérieur fort avec soi-même.
C’est créer votre propre famille aimante, à l’intérieur de vous. Vous ne vous sentirez plus jamais seul. Vous avez déjà trois ans ! Appelez cela votre Trinité. Où que vous alliez, à partir de maintenant, vous y allez avec votre famille intérieure. Vous n’êtes pas seuls. Vous êtes aimés et vous êtes protégés. Vous écoutez et prenez soin de ce précieux petit Enfant qui attend depuis si longtemps d’attirer votre attention et votre amour.

C’est la guérison intérieure.

Se défaire d’une dépendance

Se défaire d’une dépendance

Se défaire d'une dépendanceÊtes-vous emprisonné dans une dépendance ? Qu’il s’agisse de nourriture, boisson, sexe, drogue, cigarette ou toutes autres forme de dépendances, nous allons mettre ensemble le doigt sur leur point d’origine et surtout la solution pour s’en...

Comment trouver sa voie ?

Comment trouver sa voie ?

Comment trouver sa voie ?Pour le découvrir, il faut comprendre les concepts de guérison du "Moi caché", autrement dit de la personne que vous êtes au plus profond de vous même, c'est à dire celle que vous sentez que vous devriez être. L'image mentale que vous vous...

Pin It on Pinterest